Hippisme

Dossier – Grand Prix Mohammed VI PA : qui sont les gagnants ?


Temps fort au programme ce dimanche sur l’hippodrome de Casablanca, le Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI (Gr3 PA-2.100m) est l’épreuve phare de la saison marocaine pour les pur-sang arabes. Retour sur les vainqueurs des précédentes éditions.

Lauréat à trois reprises, le “Hakam” Nour Thabet (Dormane) est le recordman de victoires dans cette compétition, suivi par le représentant des saoudiens de Al Khalidiah Stables, Shagmoon Al Khalidiah (Tiwaiq) qui a décroché quant à lui le titre par deux fois.

JEF DE MUSSY (FR) – 2002
Premier vainqueur en 2002, le français Jef de Mussy (Tidjani) signera son seul succès à cette occasion. Après avoir effectué la majeure partie de sa carrière de course dans son pays d’origine, le protégé de l’écurie de Syrah avait été vendu au Maroc l’année suivante, où il officie depuis ce jour comme étalon pour le compte des Haras Nationaux. Même si les éleveurs marocains l’avaient plutôt bien accueilli à ses débuts, le fils de Tidjani ne compte aucun gagnant de ‘’CP’’ parmi sa production, son meilleur produit étant Rohm l’Atlas (Jef de Mussy) un lauréat de course « A ». A noter que Jef de Mussy est aujourd’hui stationné au Haras de Marrakech où les naisseurs peuvent disposer de sa saillie gratuitement.

DJELMANE (FR) – 2003
Gagnant l’année suivante, le FR Djelmane (Dormane) avait ensuite été exporté aux Emirats Arabes Unis où il fut vendu au Sheikh Hamdam Al Maktoum. Après avoir débuté sa carrière de course dans son pays d’origine, ce pur produit de la Famille Watrigant y avait alors réalisé un parcours extraordinaire, triomphant notamment au niveau Groupe 1 PA dans l’Al Maktoum Challenge R1 (Gr1 PA-2.000m). Seul vainqueur du Grand Prix Mohammed VI à s’être imposé au niveau Groupe 1 PA, il s’était même classé derrière son compagnon d’écurie, le phénomène Madjani (Tidjani) à la deuxième place de la Dubai Kahayla Classic (Gr1 PA) avant de connaître beaucoup moins de réussite en tant qu’étalon.

GUARDOR DE BOZOULS (FR) – 2004
Après avoir hérité du succès suite à la disqualification du vainqueur, ce qui lui avait permis d’ouvrir son palmarès, le FR Guardor de Bozouls (Dormane) avait doublé la mise en Italie quelques semaines plus tard, mais son palmarès s’était arrêté là, à cause d’une blessure. Destiné alors à une carrière de reproducteur, le fils de Dormane  n’aura pas vraiment connu plus de réussite en tant qu’étalon.

NOUR THABET (FR) – 2005, 2006 et 2007
Recordman du nombre de succès dans cet épreuve, Nour Thabet (Dormane) avait remporté les éditions 2005, 2006 et 2007. Véritable phénomène sur le circuit marocain, le champion français de la Famille Hakam s’était même illustré dans son pays d’origine, enlevant la French Arabian Breeder’s Cup Mâle (B) sur la piste de Toulouse. A l’étranger, le fils de Dormane avait aussi participé à une épreuve de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) mais en Tunisie où il ne s’était incliné qu’après lutte face à un concurrent algérien. Devenu étalon en 2009 après avoir cueilli un total de 14 succès, l’ancien élève de Larbi Cherkaoui appartient aujourd’hui à la SOREC. Ses très bons résultats en tant que reproducteur que ce soit pour la Famille Hakam ou les Haras Nationaux ont fait de lui l’un des étalons de tête du Royaume.

POMANDER (FR) – 2008
Vainqueur de l’édition 2008 sous les couleurs de la Famille Niarchos, Pomander (Jehol de Cardonne) avait ensuite été acquis par l’écurie Jalobey Racing, en vue principalement d’une carrière d’étalon. Ses premiers MOR sont nés en 2011 et parmi ceux-ci, on dénombre plusieurs vainqueurs de Courses Principales, comme Djomander Maamora (Photo), Dalile Maamora, Narjiss, Jasma I ou encore Leemon of Grine. Troisième pour l’édition 2009 du Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Pomander n’aura toutefois pas eu le temps de confirmer les belles promesses qu’il avait laissé entrevoir au haras, le représentant de la Famille El Alami trouvant malencontreusement la mort pendant la saison 2014.

MOUBTASSIM (MOR) – 2009
Moubtassim (Leeroy de Chaillac) est le premier né et élevé au Maroc à avoir inscrit le Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI (INT-2.100m) sur son C.V. où figure également le Grand Prix de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid (CP-1.400m), la Poule d’Essai des Poulains (CP-1.200m), le Grand Prix de Son Altesse Royale le Prince Moulay Abdellah (CP-2.100m), le Grand Prix des Haras Nationaux (CP-1.400m) sans oublier une participation en France à la Qatar Arabian Trophy des Poulains (Gr1 PA-1.900m). Malgré cela, après avoir entamé sa carrière d’étalon chez son propriétaire le Docteur Azzedine Sedrati (Fal Stud), le fils de Leeroy de Chaillac fut mis en vente par ce dernier -en 2015- puis racheté une bouchée de pain par Driss Haddioui qui choisi de le faire revenir à la compétition à la fin de son année de 10 ans…. Pour autant, même si ce come-back fut ‘’raté’’ après avait été boudé par son naisseur et qu’il a depuis rejoint les cieux, ses produits ont tout de même enregistré des performances notables. La victoire de Mobnag (Moubtassim) dans le Derby des 3 ans (CP-1.750m), celles de Moubkha (Moubtassim) dans le Derby des anglos-arabes à 50 % de 3 ans (CP-1.900m) ainsi que de son petit frère Moubkhal (Moubtassim) dans un Critérium des 2 ans (CP-1.300m) en sont la preuve formelle.

HESSAM AL KHALIDIAH (KSA) – 2010
Vainqueur de l’édition 2010 aux dépens du représentant de Kamal Daissaoui, Rudy des Vialettes (Dormane), Hessam Al Khalidiah (Tiwaiq) a marqué le début de l’offensive des saoudiens de Al Khalidiah Stables qui durera quand même pendant quatre longues années. Comme pour la plupart de ses compagnons d’écurie, il est difficile de dire ce qu’il est devenu suite à cette victoire, mais aux dernières nouvelles, ce fils du très controversé Tiwaiq a brillé en 2012 dans son pays d’origine, à l’occasion de la Al Khalidia Festival Cup (1.600m) une épreuve pour des Desert Horses de 3 ans et plus.

SHAGMOON AL KHALIDIAH (KSA) – 2011 et 2012
Pour ses débuts dans le Royaume, Shagmoon Al Khalidiah (Tiwaiq) s’était imposé dans l’édition 2011 du Grand Prix Mohammed VI (INT-2.100m) aux dépens de son compagnon d’écurie, Aawaj Al Khalidiah (Tiwaiq). Confié de nouveau au jockey chilien Roberto Perez douze mois plus tard, le fils de Tiwaiq avait réussi l’exploit de doubler la mise, devenant alors le premier cheval à remporter cette épreuve, depuis la promotion de celle-ci au rang de Groupe 3 PA par l’IFAHR. Une performance donc presque historique, qui confirmait surtout l’écrasante domination de son entourage à chacune de ses venues sur le circuit marocain.

GHADANFAR AL KHALEDIAH (KSA) – 2013
Succédant à Shagmoon Al Khalidiah (Tiwaiq) ainsi que Hessam Al Khalidiah (Tiwaiq), Ghadanfar Al Khalediah (Jalood Al Khalediah) traduisez par ‘’le Lion de Al Khalediah’’ permettait à son entourage de réaliser une incroyable passe de quatre en enlevant l’édition 2013 du Grand Prix Mohammed VI (Gr3 PA-2.100m). Contrairement à ses deux compagnons d’écurie, le fils de Jalood Al Khalidiah n’était toutefois pas reparti se perdre dans son désert, puisque suite à ce succès, son entourage l’avait envoyé en France pour intégrer l’effectif du regretté Jean-François Bernard. Après un an d’absence, il y avait alors couru à trois reprises, remportant un Groupe 3 PA à Bordeaux-le-Bouscat, avant de se produire à deux reprises au niveau Groupe 1 PA pour un accessit d’honneur et une cinquième place. Maintenu à l’entraînement à l’âge de six ans, il confirma ses gros moyens cette année-là, en prenant notamment la troisième place de la Coupe d’Europe des Chevaux arabes (Gr1 PA-2.000m) avant de rejoindre le haras en tant qu’étalon.

DJARNIZAM MAAMORA (MOR) – 2014
De Casablanca-Anfa à Newbury, en passant par Cagnes-sur-Mer et Tunis, Djarnizam Maamora (Nizam) a été l’un des meilleurs ambassadeurs du Maroc. Pour remporter l’épreuve reine du circuit,  le grisou de la Famille El Alami avait toutefois dû s’y reprendre à trois reprises, triomphant sous la conduite de Abdo aux dépens de Tamayuz (Leeroy de Chaillac) et Sabeh (Parador).  Après s’être notamment classé au troisième rang des Jebel Ali International Stakes (Gr1 PA-1.200m), l’élève de Jean de Roualle paracheva sa carrière de course par une tentative dans la Qatar Arabian World Cup (Gr1PA). Un brillant parcours qui a logiquement poussé son entourage à l’accueillir dans son établissement de Sidi Allal Bahraoui.

AL ANTARA (FR) – 2015
Débarqué de France sous la bannière de son éleveur Faiz Al Elweet, après plusieurs sorties plus ou moins décevantes dans son pays d’origine, le FR Al Antara (Akbar) était finalement sorti de l’édition 2015 du Grand Prix Mohammed VI (Gr3 PA-2.100m) avec un beau chèque, une première victoire de Groupe…..et un nouveau propriétaire, M’hammed Karimine. Resté par la suite dans le Royaume, l’ex-élève de Thomas Fourcy ne montra cependant plus jamais la même valeur. En effet, on l’a vu sombrer dans des courses B et C après avoir intégré l’entraînement de Christophe Lermyte puis celui Miloudi Ajana.

METRAG (FR) – 2016
Facile vainqueur en 2016 aux dépens de Ziyadd (Bibi de Carrere) lequel s’est imposé l’an passé dans l’Al Maktoum Challenge R3 (Gr1 PA-2.000m), Metrag (Amer) a toujours été un bon cheval. Après sa victoire sur l’hippodrome de Casa-Anfa, l’élève de Thomas Foucy a continué de le certifier. Durant le premier semestre 2017, il a notamment remporté une course de Listed PA en Italie, et quelques mois plus tard, le représentant de Al Shaqab Racing était de retour dans la capitale marocaine pour le Mohammed VI. Une tentative qui se solda cette fois par un accessit d’honneur, l’autre visiteur Bandar (Munjiz) qui avait l’avantage de bénéficier d’une meilleure situation au poids que lui (-2kg) l’emportant aisément.

BANDAR (FR) – 2017
Sujet tardif comme son frère aîné Thabit (Munjiz), Bandar (Munjiz) avait mis un peu de temps avant de laisser éclater tout son potentiel. Au début de son année de 4 ans, l’élève de Frédéric Sanchez n’avait pas encore réussi à ouvrir son palmarès…sauf qu’une fois cette barrière franchie, tout changea. En effet, ce représentant du Sheikh Mansour s’était emparé d’un accessit d’honneur dans le Prix Dormane (Gr3 PA-1.900m), d’une troisième place au niveau Groupe 1 PA (Qatar Derby des pur-sang arabes de 4 ans) puis à triompher dans le Mohammed VI (Gr3 PA-2.100m). Des tentatives qui poussèrent logiquement son entourage à le présenter de nouveau face à l’élite mondiale, mais sans connaître le même résultat.

TAYMOUR (FR) – 2018
Pour la deuxième année consécutive, l’écurie du Sheikh Mansour Al Nahyan réussissait à triompher dans le Grand Prix Mohammed VI (Gr PA-2.100m), puisque Taymour (Mahabb) pour l’entraînement de Antoine de Watrigant, parvenait à succéder à Bandar (Munjiz) avec François-Xavier Bertas sur le dos.


Partager
LIRE AUSSI
Khemisset : la qualité déjà au rendez-vous
Coupe Derby Trial : Hopewell prend le pouvoir !
Prix Sahara (C) : Waddan dépose son coéquipier Mawkatyr !