Hippisme

Grand Prix des Éleveurs (INT) : Wonder Woman


Équivalent du Grand Prix des Propriétaires (INT) mais pour les femelles, le Grand Prix des Éleveurs (INT) se tiendra une demi-heure plus tard, s’annonçant comme un véritable combat entre onze guerrières prêtes à tout pour inscrire leur nom à l’épreuve la plus prestigieuse au Maroc pour les femelles de 3 ans. 

Qui sera l’héroïne de l’édition 2019 du Grand Prix des Éleveurs (INT-1.750m). Telle la célèbre princesse dans la BD américaine, “Wonder Woman” les onze amazones devront sortir leurs super-pouvoirs pour être sacrées samedi sur l’hippodrome de Casablanca. Mentale, vitesse, endurance : elles devront tous les utiliser pour prétendre à la première place. Et Moon Meyer (Drosselmeyer) une représentante du Docteur Azeddine Sedrati, semble en posséder une partie, comme la pouliche de 3 ans en a déjà fait étalage en dernier lieu quand elle s’imposait sous la selle de Youssef Laamangar dans la préparatoire Prix Deauville (A-1.7000m). Dimanche, qui plus est, son entraîneur Fatmi Ech-Charty a fait appel au premier-jockey de l’écurie, Rachid Amenai qui pourrait permettre au mentor du team de remporter un premier Grand Prix des Éleveurs.

Ça sera également le cas de William Mongil. Le nouvel entraîneur des oranges fluo ne parvient pas à encore à remporter une “CP” pour M’hammed Karimine. Mais il faut dire que ça n’a pas encore était vraiment une priorité. Néanmoins, ce samedi, il envoie une pouliche qui possède un solide palmarès : Isalys (Panis). Lauréate en fin d’année de 2 ans à Deauville, puis en début de saison à Cagnes-sur-mer, la partenaire de Abderrahim Faddoul vient de se classer troisième de Moon Meyer pour ses débuts marocains, prenant une troisième place après six mois d’absences. En cas de succès, Isalys permettrait à son propriétaire, M’hammed Karimine de remporter un deuxième Grand Prix des Éleveurs, quelques années après la victoire de I Am There (Medicean) dans l’édition 2015.

Les visiteuses ont un bon coup à jouer

Derrière ces deux locales, les visiteuses tenteront de surprendre, mais ça à l’air très bien aussi. Ce sont des entraîneurs de talents qui les présentent : les espagnols, Jose Martin Norois Tiago (Aprada) et Roman Martin-Vidania (Eibory), mais surtout les deux français Hubert de Nicolay (Okarina Dream) et sans doute encore plus François Rohaut (Goneril).

Pour les autres, cela semble beaucoup plus compliqué, mais il faut préciser quand même que les courses fourmillent de belles histoires et ce n’est pas le créateur de Wonder Woman, le Docteur Maston qui direz le contraire. “Mon but était de promouvoir au sein de la jeunesse, un modèle de féminité forte, libre et courageuse, pour lutter contre l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes et pour inspirer aux jeunes filles la confiance en elles et la réussite dans les sports monopolisés par les hommes.” N’est-ce pas Zineb ?


Partager
LIRE AUSSI
Prix Ibn Sina : Fitrayn signe une seconde CP !
Top-Price de la vente de l’Arc, le Karimine, Insandi enflamme le ring !
France : Débuts corrects pour le « Hakam » Ivory Citic